ANG

Paris sous les eaux

RETOURParis sous les eaux

En 1910, les Parisiens sont fiers de la modernisation accélérée de leur capitale.

Des progrès techniques changent le paysage et le confort de la capitale. Plus de la moitié des immeubles parisiens sont raccordés aux galeries d’égouts qui mesurent désormais 1200 kilomètres de long. Les déchets domestiques sont rassemblés dans des récipients rendus obligatoires par le Préfet Poubelle et ramassés quotidiennement pour être acheminés vers les quatre usines de traitement, situés en proche banlieue.

Paris a trois sources d’énergie différentes. Le gaz alimente 53 000 lampadaires et 63 000 foyer privés, l’air comprimé fait fonctionner les 5800 pendules et les 4000 ascenseurs. Le réseau électrique dessert 67 000 abonnés dont l’Elysées.
Mais la capitale est aussi une ville coquette, les réseaux électriques et téléphoniques sont enterrés afin de les dissimuler aux regards des parisiens tout comme le moyen de transport le plus moderne : le métro.
Cette capitale moderne du début du siècle se laissera néanmoins surprendre par les caprices de son fleuve... La Seine déborde et ses eaux envahissent progressivement, les souterrains, les caves, les rues. Le parisien est stupéfait. Sa ville qui lui semblait inébranlable de modernité et progrès se retrouve paralysée au plus haut point...

Et aujourd’hui ? Quelles seront les conséquences d’un tel événement sur le Paris ultra-moderne du XXIème siècle ? Car une inondation centennale se reproduira sûrement dans les années à venir même si la date précise ne nous est pas encore connue...
Inondation